L’Europe : premier client du tourisme français.

Capitale mondiale du tourisme, l’Hexagone tient toujours le record des affluences de par le monde. Le nombre de visiteurs remonte chaque année à plus de 80 millions. Avec un vaste territoire hétéroclite en termes de paysage, riche en matière de patrimoine culturel et historique, la France est aussi adulée pour sa gastronomie et son air général « romantique » !

Évidemment, les Européens tiennent la première place dans la contribution au tourisme français, il n’y a qu’à voir certains blogueurs voyage comme TripAndFun.com qui vadrouillent en France et en Europe.. En fait, les habitants du Vieux Continent constituent plus du ¾ des visiteurs étrangers du pays des Lumières. Les Allemands et les Britanniques sont toujours en haut de la liste des touristes, avant les Belges et les visiteurs venus des pays proches de la mer baltique (Suède, Finlande…). Outre les qualités et attraits du site, cette affluence européenne en France provient du fait que les touristes privilégient généralement la proximité dans le choix de leur destination, pour des raisons de praticité et de gestion de temps.

Mais toujours est-il que cet intérêt pour le rapprochement géographique reste relatif. L’on observe notamment que les hôtes en provenance de pays proches comme l’Italie et l’Espagne ou encore la Grèce sont minoritaires. On attribue ce faible taux aux difficultés économiques.

Les non-Européens en bas de la liste.

Les étrangers en provenance des États-Unis et du Canada, assez friands du « Made in France » sont à la tête des visiteurs extra-européens. Ils sont talonnés de près par les Asiatiques. Mais ensuite, si l’on pensait que les Japonais connus pour leurs attitudes touristiques sont à la tête du podium dans cette catégorie asiatique, ce sont plutôt les Chinois qui raflent les places avec presque 2 millions de visiteurs annuels ? Et c’est un chiffre toujours montant, étant donné que ce pays le plus peuplé de la planète est connu pour concurrencer en présence internationale avec les grands de ce monde.

À leur suite, les Russes sont également de plus en plus nombreux à se rendre en Hexagone, contrairement aux Brésiliens dont l’enthousiasme s’est amenuisé depuis plusieurs années. Et si le continent africain voit moins de ses ressortissants partir pour la France, les autres pays de l’Océanie sont également à la traîne.

Bref, de toute évidence, les possibilités financières sont parmi les principales causes de la minorité des visiteurs extra-européens sur le territoire français. Sans compter l’éloignement qui limite encore plus la faisabilité d’un tel voyage, ou encore les procédures d’obtention du visa.